FFR Boss, avec www.sp-studio.de Bienvenue sur le site de la Fédération Française de Râteaux.

Voilà treize ans que l'aventure rateaux.com a commencé. Depuis 1998, beaucoup de choses ont changé. On a changé de siècle, déjà (et ça, ça n'arrive pas tous les jours), on est entrés de plain-pied dans l'ère du numérique (si, si, rappelle toi : en 1998, tu avais encore un minitel, et si tu étais dans le coup, tu avais un tatoo). La téléphonie mobile est devenu "un truc normal". Internet s'est démocratisé, bouleversant notre manière d'appréhender le monde, et l'accès à l'information, de quelque nature qu'elle soit, est devenu facile et immédiat.

Pourquoi je vous dis tout ça ?

Parce que si le monde a changé, les râteaux aussi ont changé. Qui peut prétendre qu'un râteau de 1997/1998 ait quoi que ce soit à voir avec un râteau de 2011 ?
Prenons un exemple simple :

27 juin 1997 : je sors avec des copains, dont l'ex petite-amie de mon meilleur ami. On ne s'était pas trop revus depuis leur rupture, mais on passe une bonne soirée. Après un temps passé dans un pub à discuter, on se retrouve en boite. On discute encore et encore. Après 3h de discussions, confidence, voilà la fatidique série de slows : Après 2 slows, je me dit que j'aurais peur de pas me lancer, et elle me sort : "T'es trop génial, j'ai trop peur de te faire du mal, [] l'amitié est plus forte que l'amour (sic)"

Bon, bah voilà, tout est dit, à raconter ça comme ça, je sens que je passe déjà pour un ancien combattant, sorti d'une autre époque (oui, c'est ça, un vieux con).

Imaginez : on a vraisemblablement planifié cette soirée en se téléphonant : pas un e-mail, pas un texto. On n'a pas du tout pu se dragouiller dans les jours qui précédaient par Messenger, ou via des messages sur le mur Facebook. On a du aller jusqu'au bar en 205 ou en R11 (!), en écoutant les Cranberries ou les Foo Fighters sur une cassette dans l'autoradio. Il n'est pas impossible que l'un ou l'une d'entre nous ait fumé sa clope DANS le bar et DANS la boite... Ce qui au passage a permis de masquer les odeurs de sueur dues à nos déhanchements frénétiques sur Daft Punk.... Bref, une autre époque.

Je n'ai pas choisi ce râteau par hasard : c'est en rentrant chez moi, vers cinq heures du matin, que j'ai noté sur un coin du tableau blanc la phrase entre guillemets en me promettant d'en faire quelque chose.
J'avais lu quelques temps auparavant dans une revue étudiante (corpo éco de Caen, je crois), le règlement d'un concours de râteaux, qui m'avait bien fait rire. A la rentrée suivante, revenu à la fac, en me basant là dessus, j'ai créé la toute première version du site, avec une ébauche de règlement et de barème largement repompé sur ce concours. On a fait une première "saison" avec les copains, et voilà, c'était parti.
Depuis, le barème n'a quasiment pas évolué. Et depuis deux ans, le site est doucement retombé dans l'anonymat de ses débuts.

Il est temps de faire revivre la cause du râteau, et j'ai besoin de votre aide pour cela. Si vous voulez savoir comment, Allez vite dans le menu, et cliquez sur la section RENOVATION. Pour le reste : je vous laisse découvrir par vous même les autres rubriques, témoins vivantes des 13 années passées.

A très bientôt.

Antoine
Fondateur du site rateaux.com